Les syndicats de PSA ont une semaine pour sonder leur base

Publié le par UNSA

LES SYNDICATS DE PSA ONT UNE SEMAINE POUR SONDER LEUR BASE SUR L?ACCORD DE COMPÉTITIVITÉ

 PSA Peugeot Citroën a donné vendredi aux syndicats jusqu'au 22 octobre pour consulter leur base et prendre position sur le projet d'accord de compétitivité des usines françaises du groupe.

Ce "contrat social", que la direction du constructeur automobile aimerait voir adopter d'ici la fin du mois, prévoit notamment un quasi-gel des salaires en 2014, une plus grande flexibilité dans l'organisation des cadences et un recours facilité à la mobilité entre les sites.

Contrairement à Renault, où un accord de compétitivité a été conclu en mars, le principal syndicat de PSA, la CGT qui dispose de 23% des voix, a d'ores et déjà annoncé qu'il ne signerait pas et a même appelé à des débrayages sur les sites du groupe la semaine prochaine pour appuyer sa position.

Pour autant, cela n'implique pas forcément que l'accord sera plus difficile à obtenir chez PSA car la représentation syndicale y est plus éclatée, avec six organisations autour de la table des négociations contre quatre chez Renault.

Pour entrer en vigueur, le projet devra être voté avec au moins 30% des voix pour et ne pas rassembler 50% de voix contre.

"Vu l'importance du thème, il me paraît difficile que la direction (de PSA) se contente de deux signatures, même si celles-ci suffiraient d'un point de vue technique. Il est évident qu'il faut au moins 50% des voix qui s'engagent sur un tel projet", a toutefois déclaré à Reuters Anne Valleron, représentante de la CFE-CGC (17,2% des voix).

A l'exception de la CGT, les syndicats ont refusé vendredi d'annoncer la couleur tant qu'ils n'auraient pas sondé leurs adhérents.

Force ouvrière, deuxième organisation syndicale de PSA (19%), consultera sa base lundi et rassemblera l'ensemble des syndicats FO du groupe mardi. Le SIA-GSEA (14,5%) espère se réunir en début de semaine prochaine, la CFTC (12%) organisera une réunion de tous les délégués de ses usines jeudi, la CGC se réunira lundi 21 octobre et la CFDT (13,5% des voix) mardi 22.

En échange d'un accord, PSA a promis de maintenir tous ses sites en France sur trois ans, la durée du contrat de compétitivité. Il s'est également engagé à augmenter de 7,5% à un million d'unités sa production annuelle de véhicules sur le sol français d'ici 2016.

"Les mesures contenues dans le projet d'accord permettent de renforcer le dialogue social autour des projets engagés pour redresser l'entreprise", a déclaré PSA dans un communiqué publié à l'issue d'une 13e et dernière séance de discussions, qui se sont prolongées tard jeudi soir et n'ont été bouclées que vendredi en début d'après-midi. "Elles permettent de réaliser les transformations et réorganisations nécessaires tout en sécurisant l'emploi et les compétences."

Commenter cet article