Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

OFFICIEL: Nomination de Carlos Tavares

Publié le par UNSA

Nomination de Carlos Tavares au Directoire de PSA Peugeot Citroën pour succéder à Philippe Varin en 2014

Appelé en Juin 2009 à la Présidence du Directoire de PSA Peugeot Citroën, puis renouvelé dans son mandat, Philippe Varin a défini et mené, avec son équipe, un vaste programme de remise à niveau du Groupe, sur les plans stratégique, industriel, commercial et financier, dans le contexte de la crise majeure qu’a connue l’industrie automobile européenne.

Alors que le Directoire a entamé, avec le soutien du Conseil de Surveillance, des négociations avec  différents partenaires sur des projets de développement industriel et commercial, Philippe Varin a souhaité que la prochaine étape de consolidation et de conquête soit effectuée sous la direction d’un nouveau pilote, à même de mettre en œuvre, dans la durée, la stratégie du Groupe.

Il a demandé au Conseil de Surveillance de mettre en place un processus de succession conduisant à la nomination rapide d'un dirigeant au niveau du Directoire pour lui succéder en 2014.

Après avoir mené une réflexion approfondie, le Conseil de Surveillance a choisi Carlos Tavares pour succéder à l'actuel Président du Directoire. Dans ce but, Carlos Tavares siègera au Directoire à compter du 1er janvier 2014 jusqu’à sa nomination à la Présidence du Directoire, dans le courant de l'année 2014.

Pendant cette période, Philippe Varin poursuivra sa mission de Président du Directoire et aura notamment la responsabilité de mener à bien les discussions stratégiques entamées avec les partenaires. Carlos Tavares prendra connaissance de l'entreprise et de ses défis, il travaillera avec le Directoire sur les plans d’actions destinés à poursuivre le redressement de l'entreprise.

Thierry Peugeot, Président du Conseil de Surveillance, a déclaré :
« En choisissant Carlos Tavares, professionnel réputé de l’automobile, pour succéder à Philippe Varin en 2014, le Conseil de Surveillance s’assure que la stratégie de redressement et de développement menée depuis plusieurs années pour surmonter la crise sera poursuivie et exécutée dans la continuité. »

Partager cet article

Repost 0

Française de Mécanique

Publié le par UNSA

 

  L e Divorce PSA / Renault A la Française de Mécanique (moteurs) PSA reprend les parts (50 %) qui appartenaient à Renault. A STA (boites de vitesse), Renault reprend les parts (20 %) qui appartenait à PSA. La direction affirme que financièrement c’est une opération blanche pour PSA et pour Renault. La Française de Mécanique devient donc une filiale à 100 % de PSA (groupe) mais à part de PCA (entreprise automobile).

Partager cet article

Repost 0

PORTRAIT-Tavares-De Renault à PSA, parcours d'un homme pressé:

Publié le par UNSA

* L'ancien N°2 de Renault voulait devenir N°1

* Il apporterait chez PSA son expérience de l'alliance Renault-Nissan

* Un tabou entre les deux constructeurs automobiles français est levé

 

PARIS, 25 novembre (Reuters) - En passant d'un constructeur automobile français à l'autre, Carlos Tavares empruntera un chemin inédit pour un cadre dirigeant du secteur en France, mais moins inattendu de la part d'un homme pressé.

Après avoir fait toute sa carrière chez Renault et Nissan, cet ingénieur centralien est pressenti pour succéder à Philippe Varin, président du directoire de PSA Peugeot Citroën

"A ce niveau de responsabilité, c'est une première dans l'histoire automobile française", commente un bon connaisseur du secteur. "Ça s'est déjà vu entre PSA et Volkswagen, ou entre Volkswagen et Renault, mais il y avait une règle non écrite voulant qu'aucun des deux constructeurs en France ne débauche chez l'autre, dans un sens ou dans l'autre, car ça crée plus de désordre que d'harmonie".

Mais à 55 ans, Carlos Tavares aime l'imprévu. Il a lui-même provoqué en août son départ brutal de Renault en déclarant publiquement, à la stupeur générale, qu'il se verrait bien diriger un autre constructeur que Renault, où la place est prise par Carlos Ghosn, qui règne sans partage.

Si PSA lui offre cette opportunité, elle n'est pas non plus sans risque.

"Le groupe, qu'il soit dirigé par M. Varin ou M. Tavares, ne peut pas changer d'un coup de baguette magique la conjoncture économique ou la structure d'une entreprise qui produit deux fois plus de véhicules que Renault en France, où les coûts sont plus élevés", commente la Société générale dans une note.

Carlos Tavares dispose cependant de quelques atouts. Passionné de course automobile, artisan de la relance de la griffe Alpine, il a fait toute sa carrière dans le secteur et jouit d'emblée à ce titre d'une légitimité que Philippe Varin, venu de la sidérurgie, a du se forger au fil du temps.

Il apporte également son expérience de la galaxie Renault-Nissan, l'une des rares grandes alliances automobiles à avoir réussi, à un moment où PSA discute d'une prise de participation de Dongfeng dans son capital et cherche à internationaliser ses ventes à marche forcée.

Né à Lisbonne, Carlos Tavares a commencé sa carrière chez Renault en 1981. Vingt-trois ans plus tard, il a rejoint le partenaire Nissan, dont il est devenu le directeur Amériques, avant d'être propulsé directeur général délégué de Renault après la disgrâce de Patrick Pélata dans la fausse affaire d'espionnage qui a empoisonné le groupe en 2011.

Depuis août, l'arrivée de Carlos Tavares était signalée chez plusieurs autres constructeurs, notamment pour succéder à Ulrich Bez à la tête de la marque sportive Aston Martin.

Partager cet article

Repost 0

Q DP de nov 2013

Publié le par UNSA

 
11
par UNSA

Partager cet article

Repost 0

Il y a surement anguille sous roche,

Publié le par UNSA

Luciano Biondo, le directeur de l’usine Peugeot Citroën de Mulhouse a démissionné. L’annonce a été faite vendredi matin à 9H par Denis Martin, le directeur industriel du groupe PSA en visite sur le site de production mulhousien. Aucune explication n’a été donnée pour l’instant.

Cette démission surprise a provoqué « un choc dans l’usine », a déclaré Michel François (FO), secrétaire du comité d’entreprise.

Agé de 42 ans, Luciano Biondo est arrivé à Mulhouse avec pour objectif de relancer la comptétitivité due site alsacien, le deuxième du groupe après celui de Sochaux. Il était auparavant directeur de l'usine slovaque de PSA à Trnava, où il avait réussi le lancement de la 208 avec cinq semaines d'avance

Corinne Spilios nouvelle directrice du site

Il sera remplacé à la direction du site mulhousien par une femme, Corinne Spilios, actuellement directrice de la qualité à PSA Rennes.

Le communiqué du groupe PSA

"A compter du lundi 18 novembre, Corinne Spilios, prend la direction du site PSA Peugeot Citroën de Mulhouse. Elle succède à Luciano Biondo, qui a décidé de quitter le Groupe.
Corinne Spilios, 43 ans, est diplômée des Hautes Etudes d’Ingénieur de Lille et de l’Ecole Nationale Supérieure des Arts et Métiers. Elle a débuté sa carrière chez PSA Peugeot Citroën en 1995 en tant qu’ingénieur qualité. Elle a ensuite occupé différentes fonctions industrielles, en particulier dans les métiers liés au Montage.
Depuis Septembre 2011, Corinne Spilios est Directrice de la qualité du site de Rennes."

 

,

Partager cet article

Repost 0

Les élections prud'homales, c'est fini!

Publié le par UNSA

Presse

 

                            A l'avenir, les juges prud'homaux salariés seront désignés en fonction du "poids" de chaque syndicat

               

Selon nos informations, en 2015, les juges prud'homaux salariés ne seront plus élus sur des listes syndicales mais désignés directement par les syndicats en fonction du "poids" de leur audience.

C'est terminé. Il n'y aura pas de prochaine élection prud'homale au suffrage universel en 2015. La désaffection croissante que rencontrait ce scrutin ainsi que les nécessaires économies budgétaires à réaliser ont sonné le glas de ce grand rendez-vous social quinquennal. Le ministère du Travail devrait bientôt annoncer cette décision dont La Tribune, via différentes sources, a déjà eu confirmation.

Ceci dit, la fin du scrutin prud'homal dans sa forme actuelle n'est pas une vraie surprise. Le rapport " Richard"  (Conseil d'Etat) remis à François Fillon, alors Premier ministre, en 2010 préconisait déjà une évolution des règles. Et l'élection prud'homale prévue pour 2013 (le dernier scrutin remontant à 2008) avait été reportée à 2015… Mauvais signe.

Cout du scrutin: 91,596 millions d'euros

Il  faut dire que faire voter quelque 20 millions de salariés du privé (sans parler des employeurs) tous les cinq ans pour élire 15.000 juges prud'homaux  présentés par les organisations syndicales de salariés et d'employeurs devient de plus en plus difficile. Ainsi, la dernière élection de 2008 a représenté un coût de 91,596 millions d'euros, soit 4,77 euros par électeur inscrit et 18,7 euros par suffrage… De surcroît, pour diverses raisons, l'évolution du taux d'abstention dans le collège " salarié" est impressionnante, passant de 37% en 1979 (année où le scrutin prud'homal à la proportionnelle à un tour a été institué) à … 74,5% en 2008, où la CGT était arrivée en tête.

Mais, il y a une autre raison, à ce futur changement : la réforme de la mesure d'audience de la représentativité syndicale et patronale. Celle-ci est quasi effective depuis le printemps dernier. Désormais, pour apprécier la représentativité syndicale, c'est-à-dire le " poids " de chaque syndicat, on tient compte des élections professionnelles intervenues dans les entreprises. Au niveau de la branche professionnelle, les résultats des élections dans les entreprises sont agglomérés et les syndicats qui ont dépassé un total de 10% des suffrages sont considérés représentatifs dans la branche.

Désormais, c'est l'audience syndicale qui servira pour désigner les juges prud'homaux salariés

Au niveau national, ce seuil de représentativité a été fixé à 8% des suffrages. Ce qui signifie que toute organisation qui a dépassé ce seuil est habilitée à conclure des accords au niveau interprofessionnel.

Résultat, on sait depuis juin 2013 combien " pèse" chaque syndicat, grâce à cette mesure d'audience. Aussi, selon nos informations, le ministère du Travail a décidé de s'appuyer sur les résultats de cette mesure de représentativité (qui aura désormais lieu tous les 4 ans, la prochaine interviendra donc en 2017) pour déligner les juges prud'homaux salariés. Concrètement donc, les juges prud'homaux seront nommés en fonction du "poids " de représentativité de chaque organisations professionnelles. Dans ce cas, la CGT nommera 26,77% des juges prud'homaux, la CFDT 26%, FO 15,94%, la CFTC 9,30%, la CFE-CGC 9,43%, l'Unsa 4,56% et Solidaires (SUD) 3,47%.... Soit , à peu de choses près, un statu quo par rapport à la situation actuelle.

Encore des difficultés pour désigner les conseillers prud'homaux employeurs

Dans le camp patronal, il conviendra d'attendre les résultats de la réforme de la représentativité toujours en cours pour connaître le mode de désignation des juges prud'homaux du collège « employeurs ».

Et ce n'est pas si simple. Surtout que les organisations patronales ne veulent pas entendre parler d'élection de représentativité, comme cela s'est passé dans le camps salarié. Dans ce cas, la représentativité serait-elle basée sur le nombre d'adhérents… Ce qui reviendrait à considérer l'Union professionnelle artisanale (UPA), forte de ses 1,3 million d'entreprises adhérentes, comme la première organisation, devant la CGPME et… le Medef. Autre problème, en 2008, la listes des employeurs de l'économie sociale avait totalisé 10% des suffrages. Or, actuellement, ces groupements d'employeurs ne sont pas reconnus comme représentatifs au niveau national, hors de leur champ. Comment alors les prendre en considération.

Tant que ces questions restent sans réponse, le ministère du Travail retarde l'annonce de la fin du scrutin prud'homal dans sa configuration actuelle. Mais tout doit être ficelé pour la fin de l'année avant la présentation d'une loi sur "la démocratie sociale" au premier trimestre 2014

Partager cet article

Repost 0

PSA pourrait céder Faurecia pour s'allier à Dongfeng (Presses)

Publié le par UNSA

Faurecia a demandé à une banque conseil de se pencher sur le scénario d'une cession de la part de 57% de PSA dans l'équipementier automobile, soit sur le marché soit à un fonds de capital-investissement ou à industriel du secteur, ont précisé ces sources, qui ont requis l'anonymat en raison du caractère confidentiel du dossier.

Les discussions n'en sont toutefois encore qu'à un stade très préliminaire et restent subordonnées à la réussite du projet de rapprochement entre le constructeur automobile français et Dongfeng, ajoutent-elles.

PSA a déjà réduit ces dernières années sa présence au capital de sa filiale et il a toujours répété qu'il n'y avait pas de chiffre tabou pour le niveau de sa participation.

Des sources proches du dossier ont indiqué en octobre à Reuters que PSA préparait une augmentation de capital de trois milliards d'euros qui verrait l'Etat français et le chinois Dongfeng prendre chacun une participation de l'ordre de 20-30% dans le constructeur.

Toutefois, les négociations n'ont guère avancé depuis, ont-elle précisé cette semaine.

"Les discussions ont tendance à s'enliser", a observé l'une de ces sources.

PSA et Faurecia ont refusé de commenter ces informations.

PLUSIEURS FONDS INTÉRESSÉS PAR FAURECIA

Le constructeur français est "très impatient" de céder une participation significative de son capital à son partenaire chinois, mais le président Xu Ping n'est pas encore convaincu, a-t-on déclaré de source proche de Dongfeng.

"Dongfeng ne veut pas être un partenaire passif", a-t-elle ajouté.

PSA est de son coté moins enthousiaste à l'idée de devoir se séparer de sa participation dans Faurecia, qui est très rentable et qui rassure les agences de notation.

Sans le bénéfice opérationnel courant de l'équipementier (256 millions d'euros), la perte opérationnelle du constructeur aurait été bien plus lourde que les -65 millions publiés au titre du premier semestre.

Mais ce sacrifice pourrait être exigé par Bruxelles et Paris si l'Etat français devait de nouveau voler au secours de PSA.

Selon deux sources, des fonds de capital investissement comme Carlyle, KKR et Bain sont potentiellement intéressés par Faurecia.

KKR s'est refusé à tout commentaire tandis que Carlyle, CVC et Bain n'ont pas réagi dans l'immédiat.

Confronté à d'importantes difficultés financières sur fond de chute des ventes en Europe, PSA a déjà cédé pour deux milliards d'euros d'actifs en 2012, dont 75% de sa filiale de logistique Gefco et son siège de l'avenue de la Grande-Armée à Paris.

UN AUTRE SCÉNARIO À L'ÉTUDE, SUR BANQUE PSA

En cas de séparation, PSA et Faurecia suivraient un mouvement déjà amorcé dans le secteur automobile, notamment chez l'américain General Motors qui a engagé il y a une dizaine d'années son désengagement de sa filiale d'équipements Delphi, ou chez Ford avec Visteon.

Parallèlement, le constructeur étudie toujours un autre scénario, celui de la fusion de sa filiale de crédit automobile Banque PSA avec celle de la banque espagnole Santander, déjà partenaire de Banque PSA au Brésil. Un accord pourrait être signé au 1er trimestre 2014 sur ce dossier.

Les discussions se prolongent toutefois en raison de la complexité juridique du dossier et de l'hésitation de Santander à s'engager sur l'encours de prêts accordés par Banque PSA. La banque espagnole préférerait une alliance uniquement ciblée sur les nouveaux crédits.

Fin octobre, le président du directoire de PSA, Philippe Varin, avait exclu de céder une part majoritaire dans cette activité, sauvée fin 2012 grâce à une garantie de l'Etat de sept milliards d'euros.

"Ce qui est important pour notre activité commerciale, c'est d'avoir une banque captive", a-t-il dit à des journalistes. "Dans ce contexte, bien sûr, si des possibilités d'optimisation se présentent, nous les étudierons bien entendu."

Après la publication de ces informations, les titres PSA et Faurecia ont clôturé respectivement en hausse de 1,7% et 1,85%, surperformant l'indice sectoriel européen (+0,38%).

Partager cet article

Repost 0

votons UNSA

Publié le par UNSA

 
votons UNSA
par UNSA

Partager cet article

Repost 0

fus fer obj 2014

Publié le par UNSA


fus fer obj 2014
par UNSA

Partager cet article

Repost 0

Divers

Publié le par UNSA

La production du Crossover Peugeot 2008 .

Une vidéo montrant la production de la nouvelle Peugeot

Peugeot 2008 : "Qualité française fabriquée en Alsace"!

 

http://www.youtube.com/embed/UDiZbHt97tQ

Partager cet article

Repost 0