Avenir des retraites complémentaires : c'est mal parti !!!

Publié le par UNSA

 

Première séance de négociations houleuse le 23 novembre 2012 entre organisations patronales et syndicales concernant l'avenir des retraites complémentaires.

Lors de la première séance de négociations, les organisations patronales ont frappé fort en proposant le gel des pensions complémentaires pendant trois ans ou une revalorisation inférieure de un point à l’inflation pendant cinq ans. Chacune de ces options rapporterait quatre milliards d’euros en 2017.

Le durcissement des conditions d’accès à la réversion a également été mis sur la table: versement à partir de 60 ans à l'Arrco au lieu de 55 ans actuellement et taux de réversion abaissé de 60% à 54%.

Le Medef, la CGPME et l’UPA ont aussi proposé de diminuer de 10% les retraites versées avant l’âge du
taux pleinsans décote, soit 65 ans actuellement, porté progressivement à 67 ans. Cette décote serait interrompue dès lors que le salarié atteindrait l’âge du taux plein. Gain attendu: un milliard d'euros.

Les syndicats refusent cette ponction. S’ils ne sont pas nécessairement opposés à un gel temporaire ou à une revalorisation minimale, ils demandent aux employeurs d’accepter une hausse des cotisations compte tenu de l’urgence de la situation (voir notre article:
Retraites Agirc et Arcco: les différentes pistes avancées
).


Prochain round le 14 décembre 2012. Les partenaires sociaux doivent trouver un accord avant le 1er avril 2013.

Commenter cet article